5 idées pour sauver la Paris Games Week

5-idées-pour-sauver-la-Paris-Games-Week

(crédit photo : Paris Games Week : http://www.parisgamesweek.com/fr/gallery)

Après deux années consécutives très mauvaises en termes d’organisation, je me suis dit que, plutôt que de râler comme tout bon français qui se respecte, il serait préférable de proposer des solutions simples, mais qui faciliteraient la vie de tout le monde :

  • Les organisateurs pour son image ;
  • Les RP pour leur travail ;
  • Les visiteurs pour leur plaisir de naviguer tranquillement dans le salon ;
  • Les personnes accréditées (presse, blog, Youtubeurs, VIP) pour qu’ils puissent correctement travailler.

Voici donc ce que je propose :

1 – Agrandir les allées centrales

Si vous avez la riche idée de passer d’un stand A à un stand B en passant par l’allée centrale, vous aurez au moins la chance de récolter un nombre incalculable d’ADN différents sur toutes les parties de votre corps.

Les allées sont grandes, certes, mais pas assez pour laisser circuler sans se bousculer les quelques 50 000 personnes accueillies quotidiennement. Cela pose plusieurs problèmes :

La sécurité

Imaginez un malaise en plein milieu de la foule, une blessure, ou pire : un attentat. Comment gérer ça dans de telles conditions ? Je pose la question.

Les familles

Les parents souhaitant accompagner leurs enfants doivent se sentir vraiment mal lorsqu’il s’agit de se faufiler entre des personnes pas toujours polie et qui ne sentent pas toujours bon. De plus, la crainte qu’a tout parent de perdre son enfant dans une foule est plus que jamais concrète ici. De quoi faire un remake de Heavy Rain.

Les personnes handicapées

Si je suis handicapé-e moteur, je fais comment pour circuler au milieu de cette foule ? Si je veux également me balader de stand en stand sans risquer de blesser quelqu’un ou de me faire bousculer ? J’ai vu également des gens avec des béquilles (pas celui auquel vous pensez) qui ont eu la sagesse d’esprit de circuler via les voies latérales, bien moins bondées. Mais est-ce une manière de profiter du salon ?

2 – Consacrer une journée entière à la presse et aux VIP

Les visiteurs lambda se plaignent : les accrédité-e-s leurs passent devant, eux qui font la queue parfois depuis plusieurs heures. Et je les comprends. Pourtant les accréditations ne font pas officiellement office de coupe-file. C’est laissé à l’appréciation des exposants.

Les personnes accréditées (dont j’ai fait partie cette année) ont la chance de ne pas avoir à payer leur entrée. Mais je trouve cela déplacé que nous soyons amenés à avoir le droit de doubler tout le monde.

Je propose donc qu’une journée entière soit consacrée à la presse et aux VIP (et non pas une soirée en partie privatisée), et que les autres jours, ces personnes n’aient plus de passe-droit (sauf si les exposants le permettent). Ils ont déjà une accréditation pour rentrer gratuit, ils n’ont qu’à prendre leur disposition pour assister à la soirée qui leur est gracieusement consacrée par les organisateurs. Et s’ils ne le peuvent pas : tant pis.

3 – Espacer les stands les plus populaires et agrandir le salon

Mettre les stands PS4, XBO, Ubisoft, Activision et Electronic Arts à quelques mètre les uns des autres est du grand n’importe quoi. Toute l’attention est alors concentrée sur un espace réduit, aboutissant à des embouteillages monstres et des cohues pas possibles juste pour que les organisateurs puissent avoir de belles images de salon rempli. Quel bel esprit.

Il serait plus sage de disperser stratégiquement ces stands afin que la foule puisse être plus diluée dans un espace déjà trop petit.

De plus, 10 éditeurs étaient là pour plus d’une cinquantaine de stand marchands/informatiques. Voir ainsi des exposants comme nVidia, Intel, Asus, Pixmania, LDLC, Cdiscount, etc. ça ne me gêne pas le moins du monde, mais il serait judicieux d’agrandir le salon, surtout lorsque l’on vise plus de 250 000 visiteurs (il me semble, contre 212 000 l’an passé).

4 – Confier les relations presse à une agence qui se donne les moyens de connaître les communautés.

Cette année, l’agence de RP qui s’occupait de la communication du salon n’a jamais travaillé avec un gros éditeur de jeu vidéo. C’était apparemment un souhait de la part du S.E.L.L. De fait, la gestion des communautés a été catastrophique. Après une année où un nombre considérable de blogueurs étaient accrédités (plus de 700), cette année la sélection était plus soignée.

Seulement voilà, l’on est passé de tout à rien. De gros blogueurs se sont retrouvé refusé l’accès à la journée presse, voire même refusé d’accréditation tout court. Certains refusés étaient légitimes, car leurs blogs sont plus des façades publicitaires plutôt qu’un site personnel, mais si la création de contenu est là, pourquoi les refuser ? Après tout, c’est ce que le S.E.L.L veut, non ?

Alors certes, il y a un nombre incalculable de blogs et de chaîne YouTube en tout genre, mais les sourcer demande un certain temps si l’on ne s’y connait pas un minimum. Et confier la gestion des RP à une agence qui ne s’y connait pas historiquement et qui ne se donne pas les moyens de s’y connaitre (en sollicitant des CM/SMM freelance spécialisé-e-s dans le JV, ce n’est pas ce qui manque) n’est pas une riche idée.

5 – Ne pas dénigrer la communauté, ou alors, ne pas les accréditer.

La presse fait un travail professionnel : TF1 News, 01Net la Chaîne Techno, Game One etc. Que ces personnes soient accréditées est totalement compréhensible. Ils donnent une visibilité monstre au salon et le mette considérablement en avant.

Concernant les blogueurs et les Youtubeurs, ils sont une vitrine également. Les éditeurs et les agences de RP se servent de ces espaces promotionnels presque gratuits pour améliorer la visibilité d’une marque ou d’un produit. Le deal est conclu d’un commun accord : je te file un jeu/un truc, en échange du me fais un article ; ou encore : je te file une accréditation, et en échange du me fais une couverture de l’événement sur ton blog / ta chaîne YouTube.

De fait, pourquoi considérer que les blogueurs sont moins important que la presse, mais plus qu’un visiteur lambda ? Certes l’audience est moindre que la presse professionnelle, mais le travail de contenu généré sur les moteurs de recherche est bel et bien là. Et c’est là le but de la gestion de la communauté : donner des billes pour que ces personnes puissent parler du salon et ainsi augmenter sa visibilité.

C’est une passion pour nous, mais dans ce cas-là, soyons clair dès le début : soit les organisateurs reconnaissent que nous faisons un travail qui les sert, ce qui est le cas puisque l’on créé du contenu et c’est ce qu’ils cherchent en priorité ; soit on nous dit clairement que les blogueurs n’auront droit à rien et dans ce cas, au mieux on nous donne des invitations, au pire on laisse nous débrouiller comme un visiteur normal. Mais ne pas reconnaitre le travail de génération de contenu, de manière hypocrite, est très déplace à mon sens.

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, et ce que vous proposeriez pour améliorer le salon.

6 comments

  1. J’achète ! 😀
    Plus sérieusement je trouve tes idées très bonnes, en espérant que les organisateurs de cet événement tombent sur ton article et mettre en place la chose, voir même les choses ^^ Mais ça c’est pas gagné 😡

  2. Bel article, comme dit précédemment, ce serait bien que les organisateurs de la PGW le lisent et le prennent en compte.

    Après, je pense qu’il faut vraiment regarder qui ils invitent car je ne vois pas ce que @Tilahh (qui fait des « blagues » sur Twitter) avait à faire à la soirée presse.

    Ne parlons pas du stand Activision non plus…

  3. Comme mes camarades, je ne peut qu’être d’accord avec le contenu de ce billet. Je ne me rend au salon que ce Vendredi, mais ayant obtenu la fameuse accréditation presse ces 3 dernières années, je ne peux que déplorer un salon à la dérive qui tient plus de la machine à fric qu’autre chose. Qu’il semble loin le discours officiel des organisateurs du salon contre le côté sauvage du Micromania Game Show à l’époque. Qu’il semble loin le temps ou la CULTURE jeux vidéo disposerait d’un espace d’expression ! Vivement un retour aux sources et tes 5 propositions me paraissent tout à fait mener vers cela.

  4. De très bonnes propositions dans cet article, totalement légitimes.

    Le départ de Jean-Claude Larue a fait un mal énorme au salon. Présent depuis la première édition que j’avais trouvé excellente et bon enfant, j’ai vu l’ambiance de ce salon se transformer d’année en année, si bien que cette année je n’y ai pas mis les pieds.

    À force de trop vouloir grandir et concurrencer la Gamescom, il faudrait que les organisateurs prennent le temps de la réflexion et balayent devant leur porte.

    Repenser la gestion des flux est vital : lorsque je vois l’espace entre les stands au TGS avec notamment de larges allées, ne serait-ce pas là faire preuve de bon sens que de reproduire cela porte de Versailles ? De l’air pour les visiteurs que diable !

    J’espère que l’an prochain, sans me bercer d’illusion, le salon aura une organisation en béton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *