Drive Club, Knack, Contrast : j’ai testé la Playstation 4

Drive Club, Knack, Contrast j'ai testé la Playstation 4

Jeudi dernier, j’ai pu poser mes délicates et sensuelles mains sur la Playstation 4. Dans un chouette appartement, certains jeux étaient jouables tels que Knack, Drive Club, Contrast, Octodad, Fifa 14 ou encore Assassin’s Creed 4.

Drive Club

Drive Club était le premier jeu que je voulais essayer sur cette nouvelle console, et c’est ce que j’ai fait. Malheureusement, le jeu n’était absolument pas à la hauteur de ce que j’en attendais : Même si je suis le premier à dire que les graphismes n’est pas le point le plus important dans un jeu vidéo, il n’en reste pas moins qu’ils agissent fortement en faveur de l’immersion.

Même si les véhicules sont bien jolis (enfin… les deux qui étaient disponibles dans cette version Alpha), la gestion des dégâts est ridicule et l’interactivité avec les décors est nulle : pas de poussière ; j’ai foncé dans une barrière et celle-ci n’a pas du tout bougé. En 2013, c’est presque devenu interdit pour un jeu nouvelle génération.

Quant aux décors, c’était assez mauvais. Le jeu semble tourner en 720p, et cela a forcément un impact sur leur lisibilité : le fond semble « scintiller » et le filtre anisotropique semble être inconnu des développeurs. Sur une console aussi puissante qu’un PC haut-de-gamme actuel, ce n’est pas très rassurant.

Finalement, Drive Club a été repoussé, et au vu de ce que j’ai pu voir du jeu, certes en version Alpha mais qui aurait dû être bien plus avancé que cela puisqu’il aurait dû sortir dans un mois, je pense que c’est une bonne chose. Mais désormais, je n’attends plus ce jeu…

Knack

La surprise de cet appartement, c’était bien Knack. Ce petit jeu dont je n’attendais pas grand-chose m’a surpris par son accessibilité, son ambiance et sa qualité graphique indéniable.

Malgré quelques baisses de framerate lorsque l’écran est chargé (ce qui n’est pas acceptable encore une fois, au vu de la puissance de la console), le jeu est vraiment beau. La direction artistique soignée met en valeur des décors de qualité, ainsi que des personnages qui rappelleront des personnages de Shrek ou des Indestructibles. Très chouette !

Même si le jeu est trop facile, je pense qu’il permettra de passer de bons moments, manettes en main, au travers des différentes séquences de plateformes, certes classiques mais efficaces.

Contrast

Pour terminer en beauté, Contrast, un jeu que j’attends énormément (sortie prévue le 15 novembre) était jouable. Manette en main, le jeu se révèle vraiment beau pour un titre modeste (et multi-plateforme) et le gameplay a pu prendre tout son sens. Jouer avec les ombres est vraiment sympathique et ça annonce de très bons moments !

Je n’ai pas trop joué histoire de ne pas me spoiler mais le jeu paraissait totalement opérationnel et fin prêt pour la sortie. L’ambiance et les musiques sont au top ! Les doublages ont également l’air de bonne facture… J’ai hâte !

La manette Dualshock 4

Considérablement améliorée tout en gardant son identité, la Dualshock 4 est une vraie réussite. La prise en main est meilleure grâce à des poignées plus bombées et antidérapantes. Les sticks analogiques sont désormais creusés afin d’assurer une bonne « prise en pouce » et les gâchettes L2 R2 sont désormais concaves pour éviter la fatigue. Enfin.

L’allure générale historique évolue, change, mais reste toujours reconnaissable. La grande lumière frontale pour reconnaître sa manette fait son effet. Il est d’ailleurs amusant de constater que la manette est peut-être bien plus osée que la console elle-même, concernant le design.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *