Test – Bayonetta (PS3)

Test - Bayonetta (PS3)

Alors que l’on croyait que Lara Croft était l’héroïne de jeux vidéo la plus sexy de tous les temps, voilà que mademoiselle Bayonetta pointe le bout de ses cheveux. Ici nous ne chassons plus des trésors mais des anges … Platinum Games nous propose un Beat’Em All présenté comme le digne successeur de Devil May Cry, mais à-t-il réussi son coup ?

GRAPHISME

Alors que le monde entier critique la version PS3 par rapport à celle sur Xbox 360 au sujet de divers ralentissements et d’une qualité graphique moins bonne,  je n’ai pourtant pas été réellement gêné. Certes des ralentissements apparaissent mais ce sont en réalité des blocages très brefs dans l’action qui ne gâche absolument pas le dynamisme des scènes de combat. Je dirais même qu’ils permettent de peaufiner nos combos. Quant aux graphismes soit-disant moins bons, ils sont quand même très beau et loin d’être criticables … Attendez vous ici à une petite claque graphique en ce qui concerne les effets spéciaux mais beaucoup moins pour les décors.

GAMEPLAY

Un Beat’Em All n’est pas un Beat’Em All sans combos, attaques spectaculaires et finish ! Ici les ingrédients sont les mêmes : on avance, des vilains se présentent  et nous devons leur botter les fesses pour continuer. Il faudra faire preuve de réflexe pour utiliser les esquives et déclencher les envoutements (Witch Time) qui permettent de ralentir significativement le temps afin d’asséner des attaques mortelles. L’aspect plate-forme se fait sentir et on se sent parfois étriqué dans des niveaux parfois trop dirigistes et qui laissent peu de place à la surprise d’une découverte inattendue dans un coin oublié de la map pouvant receler de quelques trésors.

SCÉNARIO

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au début du jeu, le scénario est très flou et peu détaillé. Plus on avancera dans le jeu et plus celui-ci se dévoilera petit à petit pour pouvoir enfin comprendre pourquoi la belle brune évolue dans cette aventure. Plutôt simple dans l’idée, l’histoire permet cependant d’étayer efficacement les séquences bourrines du jeu.

DURÉE DE VIE

Le jeu en mode normal est loin d’être facile ; vos réflexes seront mis à dure épreuve afin de pouvoir progresser dans l’aventure. Cependant il ne faut pas oublier que la difficulté d’un jeu n’est en aucun cas un argument de durée de vie, bien au contraire, c’est plutôt un masque permettant de cacher une éventuelle carence en contenu d’un jeu. Heureusement ici, Bayonetta ne fais pas parti de ce genre de jeu, il dispose de suffisamment de chapitres pour tenir en haleine un joueur une bonne quinzaine d’heure.

Bien que SEGA doit absolument revoir sa manière de coder les jeux lorsqu’il les porte sur une autre plateforme, Bayonetta s’avère être un jeu honnête avec une dynamisme dans les combats très addictif. La beauté des effets spéciaux permettra peut être de cacher des décors trop souvent fades bien que détaillés, et les réflexes nécessaires au jeu satisferont les adeptes des jeux à challenge. Peut être qu’au final, l’aspect trop caricatural de l’héroïne sexy dotée d’un fort caractère rebuterons les personnes qui cherchent un jeu s’appuyant davantage sur la qualité d’un contenu que sur des artifices plus ou moins grossiers, même si cela colle parfaitement à l’aspect décalé du jeu. Mention spéciale pour les musiques vraiment très bonnes.

Note : 07/10

4 comments

  1. merci pour ton test! pour ma part ce serait une note de 09/10.Son seul défaut serait une difficulté parfois impressionnante qui pourrait rebouter les joueurs débutants.

  2. Je rejoins Maspalio sur le 9/10 😀 un jeu sans faute à mon gout, à part l’absence de scénario qui n’est au final pas si gênante. Et pour la difficulté j’avoue avoir été séduit, rares sont les jeux qui me donnent autant de défi !

  3. Pingback: Top 5 des jeux 2010 : le classement des blogueurs | gam3r.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *