Test – Catherine (PS3)

Test - Catherine (PS3)

Alors que toute la publicité faite autour de ce jeu tendait à nous faire croire qu’il serait plutôt coquin voire érotique, Catherine est une véritable pirouette vidéoludique. Certes, le côté coquin est bel et bien présent mais il est là pour enluminer une histoire, une vraie.

Le Puzzle Game de la mort.

C’est l’expression qui convient ! Elle allie parfaitement la forme du jeu à son fond ! En effet, dans Catherine, vous devrez résoudre une succession de petit puzzle se présentant sous la forme d’une montagne de blocs à grimper en disposant de mouvements basiques : tirer, pousser. Vous rencontrerez différents types de blocs quand vous avancerez dans l’histoire, tout comme des ennemis : des moutons. Du coup, certaines armes seront à votre dispositions ; « armes » est un bien grand mot puisque vous aurez le droit à des oreillers pour les pousser dans le vite ou des livres qui les foudroieront littéralement sur place lorsque vous les utiliserez.

Je ne vais pas vous révéler l’histoire mais Vincent, le héros, est tiraillé entre se marier avec Katherine, sa petite amie ou Catherine, une mystérieusement blondinette qui se retrouve tous les matins dans son lit sans qu’il ne sache pourquoi ni comment. Le problème c’est qu’entre temps, Vincent entends parler de morts étranges de jeunes gens dans leur sommeil… ce qui lui fait peur puisqu’il fait régulièrement des cauchemars où il doit … grimper tout en haut d’une montagne de blocs s’il ne veut pas mourir… y a-t-il un lien ? C’est à vous de voir ça en jouant au jeu !

Test - Catherine (PS3)

Quelques petites troubles techniques

Le jeu n’est pas moche, il dispose de son propre caractère graphique proche d’un cell shading. Certaines cutscenes sont en véritable dessin animé ce qui ajoute un charme très singulier au jeu, d’autant plus que l’ambiance général en est très rapprochée également. Pourtant, malgré cette apparente simplicité de développement, à certains moments, le jeu souffre de ralentissement lorsque l’action à l’écran devient trop confuse ; et c’est très énervant car c’est souvent lors de ces périodes de rush qu’il faut avoir une bonne réactivité afin d’éviter une mort certaine. La caméra n’est pas non plus des plus intelligentes puisqu’elle ne permet pas toujours de couvrir idéalement l’action, et son déplacement manuel est très limité… Enfin, le système de sauvegarde n’est pas automatique, réfléchissez-y donc à deux fois avant de rage quit la console en plein puzzle trop compliqué 🙂

Malgré tout, le gameplay simple fait que la maniabilité du jeu est agréable. Vous n’aurez pas que les puzzles games à faire puisque régulièrement, vous vous retrouverez dans votre bar préféré, le Stray Sheep (tiens donc, mouton errants…). Vous y rencontrerez vos amis avec qui vous discuterez de vos péripéties, mais vous pourrez également jouer à une borne d’arcade dont le contenu ressemble étrangement … à vos cauchemars. Vous aurez donc une variété de jeu qui pourtant n’est pas suffisant puisque vous aurez tout de même tendance à avoir l’impression de revivre les mêmes moments : puzzle, puzzle, puzzle, stray sheep, puzzle puzzle puzzl, stray sheep etc… Heureusement, l’histoire habilement dispensée au compte compte permet de faire oublier ce point noir.

Test - Catherine (PS3)

Catherine : la surprise de 2012 ?

Catherine est sans conteste l’un jeux PS3 et Xbox 360 les plus originaux de ce début d’année. D’autant plus qu’il n’a pas été accompagné d’une campagne de communication imposante contrairement à d’autres titres bien moins bons. Car oui, si le jeu d’Atlus et de Deep Silver n’est pas exempt de défaut, il faut souligner que son originalité et son ambiance très particulière et très réussie lui permettent de faire de lui un OVNI auprès duquel il serait dommage de passer à côté.

D’un point de vu personnel, je pense qu’il aurait été judicieux de proposer Catherine sur la PS Vita tant son gameplay s’y prête. Il aurait été sympathique de voir comment les développeurs auraient tiré parti des capacités de la console portable afin d’améliorer encore plus l’expérience de jeu.

Deep Silver et Atlus livrent ici un jeu véritablement original qui vient apporter un petit peu de fraîcheur actuellement. Non exempt de défaut, il serait cependant dommage de passer à côté de jeu si particulier qui pourraient vous rendre accroc à tous ses puzzles. Même si le support « console de salon » n’est peut être pas des plus appropriés, un portage n’est peut-être pas à exclure puisqu’il est peu probable qu’un suite directe voit le jour.

#3 - Bon (cliquez pour avoir des informations sur l'échelle de notation)

4 comments

  1. Très bon jeu. J’en suis au 5ème étage. Par contre, pareil que pour toi la caméra n’est pas du tout réactive dans certains passages où justement nous avons réellement besoin d’une bonne visibilité. Dommage. Mais c’est clair le jeu est très bon et le coté jap animé est simplement excellent. Dommage que ce ne soit pas plus coquin ^^

  2. J’ai été vraiment déçu quand j’ai appris que Catherine était un puzzle game… Non pas que je déteste le genre… C’est plutôt l’inverse en fait…

    Et avec le niveau de difficulté que tu sembles décrire, je vais devoir passer mon chemin…

  3. Sébastien
    Author

    Disons qu’il ne faut pas avoir peur de devoir parfois s’y reprendre à plusieurs fois afin de boucler les stages. Mais ça n’empêche pas que le jeu reste globalement réussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *