Test – Confrontation (PC)

Test - Confrontation (PC)

Édité par Focus Home Interactive, Confrontation est un jeu de rôle aux forts accents tactiques développé par Cyanide Studio. Adaptation d’un jeu de plateau, les idées sur le papier sont plutôt alléchantes, tout comme les premières vidéos qui ont circulé. Pourtant, dans la pratique, des difficultés techniques viennent entacher ce si bel élan.

Pour l’ordre et la lumière !

Comme dans tout bon jeu de rôle, et surtout ceux de plateaux, ne pas jouer au chevaliers gardien de la vérité, de la paix le tout saupoudré de religion est inconcevable ! C’est pourquoi vous allez diriger tout une tripotée de membres du Griffon afin de lutter cotre les créatures du Scorpion qui s’adonnent à des expériences pas très recommandables ! La narration du jeu se fait essentiellement par du texte. Certes, ce texte est lu mais la majorité du scénario sera compréhensible aux moment des écrans inter-missions. De rares cut-scenes parsèment les missions mais ne sont qu’anecdotique. Du coup, pour comprendre le jeu, vous avez intérêt à être attentif(ve)s ! Mais le jeu étant très long, vous ne manquerez pas de rattraper votre retard au fur et à mesure des chapitres du jeu.

Concernant la durée de vie, il s’agit d’un point fort pour le jeu. Comptez une grosse vingtaine d’heures pour parcourir tous les chapitres et n’espérez pas arriver facilement au bout du jeu : celui-ci peut s’avérer parfois compliqué même en mode « normal ». De nombreux personnages seront débloquables afin de vous permettre de tester un maximum de possibilités, mais aussi de vous empêcher de suivre le jeu en ligne droite :)

La tactique, c’est l’attaque.

Le point fort du jeu, c’est son système de combat ; tout du moins, en théorie. La pause active fait partie intégrante de ce système, c’est à dire que vous mettez l’action en pause le temps de planifier les ordres de votre escouade de quatre personnages. Quatre ordres maximum peuvent être préparés. Chacun de vos personnages dispose de compétences séparées en six catégories : Vert = soin/soutien, rouge = dégâts, bleu = anti-magie,  jaune = amélioration (buff), violet = affaiblissement (debuff), noir = contrôle (ou altération). Il revient à vous de vous organiser en fonction des ennemis que vous aurez devant vous. Ainsi, puisque chaque personnage de votre équipe a son propre rôle (tank, magie, dps, soutien etc.), et que les ennemis en face ont également des spécialisations, vous devrez neutraliser en premier les plus dangereux. N’hésitez pas d’ailleurs à « casser » l’incantation d’un ennemi tentant de se soigner grâce à la « provocation » ou au knock-back de certains personnages, sinon, le combat pourrait se rallonger inutilement. D’autre part, à côté de la barre de vie de votre ennemi(e), vous verrez un chiffre en pourcentage. Il s’agit de la chance qu’a l’allié(e) sélectionné(e) de le ou la toucher. Si vous êtes familier(e)s avec les jeux de rôles ou les MMO, inutile de vous rappeler qu’il est préférable d’avoir une grande chance de toucher, même en faisant peu de dégât, que d’infliger de gros dégâts mais avec peu de chance de toucher l’ennemi(e) ! Gardez donc bien cela en tête, d’autant plus que pas mal de sorts d’amélioration (en jaune) vous permettront d’augmenter vos chances de toucher.

Tout au long de votre périple, vous serez amené(e)s à « débloquer » de nouveaux personnages avec de nouvelles compétences. Ainsi, vous pourrez composer votre équipe de combat de la manière dont vous le déciderez et même en fonction des ennemis à venir. Vous pourrez inter-changer vos personnages en pleine partie, à certains moments clés du jeu, sinon ce sera entre chaque « épisode » de jeu. De quoi donc apporter une véritable richesse de jeu. Concernant la gestion de ces personnages, ils grimperont en niveau pouvant ainsi augmenter leurs caractéristiques avec un système de point, mais aussi le niveau de leurs compétences pour les rendre plus puissantes (vous savez les rouges, vertes, jaunes etc…). Vous récupérerez également des glyphes et des pièces d’armes et d’armures afin d’améliorer ces dernières ou les booster. Une gestion plutôt complète et efficace.

L’ergonomie du système de combat pêche un peu en terme de visibilité. En effet, lorsque vous sélectionnez un sort, et que vous êtes amené(e)s à choisir une cible, le curseur change que très légèrement, ne permettant pas de voir correctement l’action menée dans le feu de l’action. Un petit travail visuel sur ce point là aurait été le bienvenu.

Une réalisation plus que moyenne.

Sur le papier, je vous l’ai dis, le jeu s’annonce bien. Mais dans la pratique, c’est tout autre chose. En effet, si l’on fait exception des graphismes moyens mais pas bâclés pour autant, la réalisation du jeu est assez bancale. Les niveaux étant très « couloirs » et plutôt étriqués, et la gestion des collisions étant stricte, vos personnages se retrouveront souvent bloqués dans le décor lors d’un déplacement ; pourquoi ? Parce que l’intelligence artificielle gérant le cheminement ne semble pas prendre efficacement en compte les environnements plutôt complexes. Du coup, si vous décidez d’engager un combat, veillez à ne pas vous retrouver en plein milieu d’un pas de porte ou dans un couloir trop étroit au risque, d’une part de vous arracher les cheveux, et d’autre part de ne pas pouvoir organiser efficacement (voire organiser tout court !) les actions de vos combattant(e)s qui se retrouveront à courir dans le vide ! Un véritable point noir qui influe directement négativement sur la jouabilité.

Revenons aux graphismes. Si ceux-ci ne sont pas les plus beaux que vous verrez dans un jeu PC, il faut tout de même faire la remarque que vous ne serez pas amené(e)s à les contempler de près tout le temps ! En effet, il vous faudra souvent adopter une vue générale plutôt qu’une vue précise d’un ennemi, afin de pouvoir gérer au mieux sa ou ses stratégies de combat. Les décors, je l’ai dit, sont plutôt riches en détails. Cependant, il n’y a que peu ou pas d’effet graphiques qui pourraient les sublimer et c’est bien dommage. On est donc face à une réalisation graphique plutôt moyenne, qui ne marquera pas les esprits.

Enfin, la bande son est plutôt correcte dans l’ensemble, elle colle bien à l’univers fantastique-médiéval et n’est pas agaçante. Pourtant, au vu de la longueur du jeu, vous allez l’entendre très souvent !

Partant sur d’excellentes volontés, Confrontation se retrouve freiné par une réalisation bien trop bancale qui arrive à gâcher le plaisir de jouer. L’ergonomie jamais optimale ne permet pas de profiter au maximum de la richesse des possibilités du gameplay et du système de combat. Et c’est extrêmement dommage puisque ce jeu de rôle tactique repose sur les bases solides du background d’un jeu de plateau (Rackham). Gageons que Cyanide Studio apprenne de ses erreurs et apporte beaucoup plus de soin à l’ergonomie et au pathfinding dans ses futures productions, qui sont des éléments vraiment importants dans un jeu. Néanmoins, de bonnes idées parsèment le titre qui mérite le détour.

#4 - Moyen (cliquez pour avoir des informations sur l'échelle de notation)

Test - Confrontation (PC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>