Test – Dark Souls (PS3)

Véritable petit frère de Demon’s Souls sorti quelques années plus tôt, Dark Souls remet le couvert avec les mêmes ingrédients qui ont fait le succès de son prédécesseur: univers sombre, gigantisme et difficulté. From Software va-t-il réussir le même coup de maître une deuxième fois ? Et pour la première fois sur Xbox 360 ?

 Comment ça tu as une plus grosse épée que moi ?

Dark Souls compte utiliser les mêmes ingrédients qui ont vu Demon’s Souls briller dont celui de la grandeur. Si vous commencez dans des endroits plutôt étriqués, vous allez vite voir la lumière du jour. Au début, les niveaux seront souvent dans des zones lugubres et étroites même dans les premières heures de jeu mais très vite, certains niveaux plus aériens vous mettront au milieu d’une forteresse gigantesque ou une ville (comme Anor Londo) si gigantesque et si haute que l’on se demande comment ils ont fait pour la construire !

Les ennemis sont eux aussi à la hauteur de la démesure des développeurs. Encore une fois, bien qu’au début vous rencontrerez de piètres mort-vivants armés d’une simple épée courte ou d’une torche, vous allez très vite voir les choses différemment lorsque vous ferez face à des chevaliers 3 fois plus haut que vous ou bien des boss qui sont, eux, 5 fois plus grand que vous ! Mais comment allez-vous en venir à bout avec votre simple épée ? Rassurez-vous, d’autres armes et d’autres magies vous attendent.

Le choix des armes

L’autre aspect qui fait le succès de Dark Souls, c’est son choix pléthorique d’armes. Divisées en dagues, épées courte, grandes épées, très grandes épées, haches etc… vous aurez du mal à en choisir une ! D’autant plus que ces armes ont chacune leur propre style de frappe. Et tout ne s’arrête pas là : vous pourrez les améliorer en puissance ou en magie ! Certaines armes uniques sont même forgeables grâce à des âmes de boss.

L’âme, votre seule alliée

Dans Dark Souls, vous n’aurez pas d’argent : chaque ennemi vaincu (ou presque) vous donnera un certain nombre d’âmes. Ces âmes vous permettrons de tout faire : augmenter votre niveau, améliorer vos armes, acheter des composants ou des armes etc… Et si vous mourrez, vous recommencerez au dernière point de sauvegarde, sans aucune âme (et humanité) et vous devrez retourner à l’endroit de votre mort afin de les récupérer, et ce, sans mourir sinon tout est définitivement perdu ! Ah oui, quand vous réapparaissez à votre dernier point de sauvegarde, les ennemis ont réapparus … 🙂

Attention à la marche

Si vous pensez que Dark Souls est un RPG comme les autres, vous vous trompez (et vous n’avez d’ailleurs sûrement pas fait Demon’s Souls) ! Chaque ennemi représente un petit challenge (quand il est de votre niveau ou supérieur) et chaque faux pas sera pénalisé. Le timing est primordial pour venir à bout sans encombre de vos ennemis. Par la suite, vous vous rendrez-compte qu’améliorer vos armes et surtout votre magie de Pyromancie sera primordial pour battre certains ennemis et surtout les boss.

Car oui, je vous conseille fortement de commencer avec la classe de Pyromancien. Pourquoi ? Parce qu’il est le seul à commencer Soul Level 1 (niveau 1 quoi) là où les autres classes commencent un peu plus haut. Certe, votre personnage aura des statistiquess basiques mais vous pourrez ainsi les attribuer à votre convenance et ce, dès le premier point. De fait, chaque niveau que vous prendrez coûterons moins cher et vous pourrez plus rapidement leveler au début. Vous l’aurez donc compris : peu importe la classe que vous choisirez au départ, vous pourrez par la suite attribuer des points de compétences comme bon vous semble et vous pourrez devenir un magicien si vous avez pris guerrier et vice versa.

Magie Magie, et vos idées ont du génie !

Vous serez sûrement tenté(e) de commencer avec une classe de corps-à-corps, comme ce fut le cas pour moi mais je vous le déconseille : commencez Pyromancien. J’ai expliqué plus haut mais je rajouterai surtout que la magie deviendra un allié presque indispensable contre les boss. Une fois que vous aurez atteint un certain endroit du jeu, vous pourrez améliorer votre « main de feu » (l’objet qui vous permet de lancer des sorts de pyromancie) et vous aurez une puissance absolument gigantesque en premier cycle de jeu (je suis pour l’instant à +14 et je fais des Great Chaos Fireball à 500+ sur des boss, autant vous dire qu’ils ne font pas long-feu !) ; ça m’a permis de passer bien plus facilement les Boss.

Les Boss plus simples ?

C’est ce que j’ai cru remarquer dans mon périple à travers les terres de Dark Souls. En fait, j’ai trouvé que les ennemis en eux-même étaient plus délicats à gérer tandis que les boss m’ont paru bien plus accessibles; Peut-être est-ce dû au fait que j’ai pu améliorer rapidement ma magie et que je frappe donc très fort. Il ne me manque plus qu’une épée bien puissante pour faire mal en NG+ (le deuxième cycle de jeu, car une fois terminé une fois, vous recommencerez avec des ennemis plus difficiles !) Pourtant, après en avoir discuté avec d’autres personnes, je semble être le seul à m’être rendu compte de cela. Peut-être est-ce encore une fois parce que j’ai une puissance de magie gargantuesque pour mon niveau.

Un scénario toujours aussi mal narré

Comme ce fut le cas pour Demon’s Souls, j’ai trouvé encore une fois que le scénario était trop mal raconté pour être compris. Aucune réelle scène d’animation n’a vraiment lieu et il est ainsi délicat de comprendre le scénario sans se fier aux diverses storyline sur le net. Même si ce scénario n’est qu’une façade pour animer l’ambiance morbide et flippante du jeu, il eu été préférable d’avoir un peu plus de mise en scène pour améliorer encore plus l’immersion.

Une fois encore, From Software dévoile un jeu aux grandes qualités. Bien que dépassé techniquement et malgré un scénario mal raconté, Dark Souls nous plonge une fois de plus dans son monde difficile, sombre, oppressant mais ô combien addictif ! Une fois que vous aurez compris certains mécanismes et que surtout vous aurez appris à être patient(e), le jeu s’ouvrira à vous pour votre plus grand plaisir ! Un excellent jeu en perspective.

Vous pouvez acheter Dark Souls sur Xbox 360 et PS3 à partir de 51,31€ ici 

#2 - Très bon (cliquez pour avoir des informations sur l'échelle de notation)

 

 

 

3 comments

  1. Je n’avais pas eu l’occasion de jouer à Demon’s Souls mais il me donne bien envie, quand arrivera une période plus creuse niveau jeu, je pense que je ferais les deux, ça m’a donné bien envie 😉

  2. Philippe

    Salut,

    En jouant la pyromancie, tu peux être très puissant puisque pour la monter, il suffit d’avoir des souls, de se trouver un coin pour farmer, en 1 heure, tu peux monter cette magie et faire déjà de très gros dégâts. C’est une classe qui facilite le démarrage du jeu.

    Moi-même, j’ai démarré le jeu en sorcier, classe qui facilite aussi le jeu.

    Je dis respect aux joueurs qui finissent le jeu en jouant au CAC.

    Philippe

  3. Pas vraiment d’accord avec le scénario « mal raconté », il est n’est juste pas raconté du tout ! Mais cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien, au contraire. Tout se passe en fond de tache. Tu rencontres tel personnage a tel moment, mais il va bouger, se faire tuer. Il se passe tout le temps des trucs qui ont une incidence sur l’univers et les personnages non joueurs. Le monde est sans cesse en train de bouger. C’était un peu le cas pour Demon’s Souls (sauf que la plupart restaient dans le Nexus et ne craignais rien, à part avec un évènement précis -Yurt ou Mephisto-) mais dans Dark Souls c’est encore plus réussi ! Je trouve ça absolument génial et ça m’attriste un peu de le voir en point négatif dans ton test 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *