Test – Natural Doctrine (PS4)

NAtURAL DOCtRINE_20141101205653

Les Tactical RPG (T-RPG) ne sont pas légions. Le dernier auquel j’ai joué était… hmm… Valkyria Chronicles sur PS3 ? Bien sûr, les jeux de stratégie au tour par tour comme Xcom Enemy Unknown sont relativement proches en termes de fonctionnement, mais pas tout à fait comparables. Lorsque j’ai vu passer l’annonce de Natural Doctrine, sur PS Vita et PlayStation 4, j’ai tout de suite pensé à tester le jeu sur ma toute fraîchement acquise PS4.

Graphiquement, le choc se fait clairement ressentir. Le jeu n’est absolument pas à la hauteur de la puissante nouvelle console de Sony, mais c’est probablement dû au fait qu’il s’agit avant tout d’un jeu PS Vita, et surtout PS3 ; attendez-vous donc à des graphismes proches de ce qu’il se fait sur cette dernière.

La déception passée, renforcée par le fait que les illustrations sont jolie, reste le côté technique périphérique, à savoir le framerate, les bugs, etc. De ce côté-là, je n’ai rien à signaler. Tout au long de mes parties je n’ai rien perçu de problématique sur ces éléments-là. Il est vrai, certes, que le jeu ne se prête pas à des affrontements épiques de 1000 personnages à l’écran, ni à des effets spéciaux gourmands en ressources, mais j’ai déjà été confronté à des titres à la ramasse alors qu’ils n’étaient franchement pas visuellement impressionnant.

NAtURAL DOCtRINE_20141101195254

Le jeu est entièrement en anglais, textes et voix à l’écran, vous êtes prévenu-e, et les explications sont assez nombreuses au début. Le scénario, du coup, aura du mal à se faire comprendre si vous ne parlez pas bien la langue, d’autant plus qu’il y a de nombreux et réguliers dialogues. Pour autant, vous ne serez pas pénalisé-e à 100 % puisque les mécaniques restent sont rapidement assimilées (pour ma part en tout cas). Les difficultés que vous pourrez éventuellement rencontrer seront le choix des équipements et des talents à débloquer, puisque tout est expliqué en anglais.

usiques sympathiques et agréables vont plongeront aisément dans une ambiance d’aventure et de quête. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs remarquables. Trois modes de vue existent, d’une vue du dessus à une vue presque TPS, parfois très utile pour voir si l’on est exposé-e ou non, mais souvent perturbé par la caméra parfois capricieuse. Les actions ennemis, faute de pouvoir êtres zappées, peuvent être accélérées avec le bouton rond.

NAtURAL DOCtRINE_20141101205753

Les mécaniques RPG du jeu sont plutôt classiques : vous aurez des personnages ayant chacun plus ou moins sa spécialité, auxquels vous équiperez des équipements plus puissants au fur et à mesure que vous en trouverez dans les coffres situés un peu partout sur les cartes du jeu, et vous aurez pour chacun un arbre de talent à développer. La chose intéressante c’est que chaque point dépensé pourra être librement réattribué quand bon vous semble. Idéal pour changer de configuration avant une carte très spécifique ou compliquée, ou encore d’optimiser votre jeu.

Dans chaque arbre, vous pourrez orienter votre personnage vers une voie plutôt défensive pour tanker au maximum les ennemis ; offensive pour taper très fort et très vite ; ou « supportive » afin d’améliorer les caractéristiques de vos autres camarades en cours de jeu. La magie est au rendez-vous, avec du « pluton » comme mana, qui agira de la même manière mais qui ne pourra être rechargé qu’après en avoir récupéré, essentiellement en fin de bataille. Du corps-à-corps et de la distance (avec des armes à feu) sont également de la partie.

NAtURAL DOCtRINE_20141101195238

Concernant l’interface, si celle-ci est plutôt simple, elle n’est pas claire pour autant. L’impossibilité d’avoir une explication sur une des statistiques par exemple est plutôt ennuyeuse. La barre de « temps » qui détermine quel allié ou ennemi va agir après l’actuel n’est pas assez claire et aurait mérité d’être davantage travaillée.

Finalement, le seul point spécifique original du jeu reste une composante de son système de combat : le système de « lien » entre les alliés lorsqu’ils attaquent. En effet, lorsque vous vous déplacerez dans une case adjacente à un ennemi afin de l’attaquer, et qu’avec un autre allié vous attaquez également ce même ennemi en ayant une certaine distance avec votre camarade, vous augmenterez alors les dégâts infligés. Plus vous serez éloigné-e-s (mais dans la même case), plus l’effet sera puissant. Sympathique, tactique et original. Ce système vous obligera donc à être très stratégique afin de ne pas exposer trop de vos camarades qui avanceront automatiquement dans la case des ennemis une fois que ces derniers seront vaincus.

NAtURAL DOCtRINE_20141101195205

Car de la stratégie, de la ruse et de la prudence, il vous en faudra ! En effet, le jeu est très difficile (même en mode normal). Les ennemis sont très futés et si un seul de vos personnages meurt, la partie est terminée. Cette difficulté n’est pas artificielle dans la mesure où vous vous en sortirez presque toujours sans encombre si vous ne vous précipitez pas et que vous faites attention à la moindre de vos actions. Cependant, les ennemis auront tendance à refaire parfois les mêmes gestes lors de vos différents essais, que vous réalisiez ou non les mêmes gestes vous aussi.

Très difficile, Natural Noctrine vous donnera du fil à retordre. Il nécessitera de votre part concentration, sagesse et réflexion. Même si le titre n’est visuellement pas à la hauteur, et que quelques lacunes ergonomiques se font sentir, il n’en demeure pas moins un titre intéressant dans cette période où le T-RPG n’est pas fréquent. Le système de combat a des atouts certains, qui sauront vous retenir de longues heures durant afin de venir à bout de ces satanés gobelins ! Malheureusement, louper ce Tactical n’est pas critique dans la mesure où il ne révolutionne pas le genre.

Acheter Natural Doctrine à moins de 50 €.

 #4 Moyen (cliquez pour avoir des informations sur l’échelle de notation)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *