Test – The Bureau : Xcom Declassified (PC)

Test - The Bureau  Xcom Declassified (PC) (1)

Après un Enemy Unknown vraiment excellent, 2K revient sur le devant de la scène avec une The Bureau : Xcom Declassified. Cette fois-ci, fini la période futuriste, on se plonge dans les années 60. Pour l’occasion, le jeu change également de genre en passant du TRPG au T-TPS (ouais ce n’est pas très clair comme ça, je sais). Confié à 2K Marin (Firaxis était le studio de développement du précédent), est-ce que tous ces changements ont payé ?

Test - The Bureau  Xcom Declassified (PC) (3)

On prend presque les mêmes, et on r’commence !

T-TPS, c’est un third person shooter (jeu de tir à la troisième personne) mais tactique ! Concrètement, vous pourrez vous déplacer sur la carte comme bon vous semble mais vous aurez également accès à une panoplie d’ordre pour placer vos coéquipiers sur la carte soit en temps réel, soit en pause active. Vous pouvez bien sûr leur ordonner des actions spécifiques. Les combats sont donc vraiment dynamique et vont du plus simple au plus excitant (le dernier combat est terrible !).

Cette petite explication technique passée, nous pouvons avancer en termes de fond. The Bureau (pour raccourcir) reste dans l’esprit du précédent épisode. Les extraterrestres menacent la Terre et vous intégrez une force secrète initialement prévue pour la Guerre Froide. Dans ces lieux tenus secrets, vous organiserez les missions coup-de-poing contre les envahisseurs afin de connaître leur point faible et d’y frapper pour les repousser. The Bureau est une sorte d’épisode explicatif sur ce qu’est Xcom.

Du coup, certaines mécaniques sont similaires : combattre contre les aliens vous permettra de récupérer leurs armes et technologies afin de les produire et de les utiliser avec vos hommes. Cette progression va crescendo et vous terminerez probablement presqu’invincible. En revanche, vous n’avez pas la possibilité de construire/modifier votre base.

Test - The Bureau  Xcom Declassified (PC) (4)

Biocom Xshock

2k Marin est surtout connu pour avoir développé le second épisode de Bioshock. On le remarque aisément dans la pâte graphique et dans l’ambiance. Vu que le jeu doit se passer dans les années 60, le choix de 2K Marin qui a déjà travaillé sur un environnement assez similaire était probablement naturel.

Le résultat est assez réussi : environnement crédible, graphismes soignés (je joue sur PC, je le rappelle) et immersion plutôt bonne. 2K Marin n’a pas manqué l’occasion d’apporter une technique de narration déjà utilisée sur tous les Bioshock : les enregistrements audio. Ainsi, tout au long du jeu, vous aurez des bandes-son à écouter et qui vous permettront de comprendre un peu plus en détail l’émergence et la vie de Xcom.

Test - The Bureau  Xcom Declassified (PC) (2)

Scénario et narration

Si The Bureau est essentiellement là pour présenter la création de Xcom, il reste évidemment centré autour de l’invasion extraterrestre, un scénario qui, aujourd’hui, n’est que peu excitant (mais rappelons que Xcom est une très vieille licence de 1994).

Concernant la narration, l’histoire est un peu différente. Cut-scènes fréquentes, dialogues exempts de futilités destinées à allonger la durée des scènes, ou encore enregistrement audio à écouter si l’on veut : beaucoup de travail a été apporté sur la qualité de la narration. D’autant plus qu’à cela s’ajoute un excellent réglage de l’avancée de l’histoire (même si à un moment on croit être à la fin du jeu et qu’en fait… bah non !). Mais cette histoire n’est pas exempte d’incohérence parsemée un peu partout, mais surtout au début, et avec une fin qui laisse très perplexe de par sa compréhension.

Si The Bureau : Xcom Declassified n’est clairement pas aussi bon et complet qu’un Xcom Enemy Unknown, il n’en demeure pas moins que le jeu est réussi. Il est immersif, assez bien narré malgré quelques soucis et le gameplay, beaucoup plus dynamique qu’un T-RPG plaira à beaucoup.

#3 - Bon (cliquez pour avoir des informations sur l’échelle de notation)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *