Test – The Vanishing Of Ethan Carter (PC)

Test - The Vanishing Of Ethan Carter (PC) (1)

J’entendais parler de The Vanishing Of Ethan Carter sans vraiment savoir à quel genre de jeu il correspondait vraiment. Puis j’ai finalement craqué en me baladant sur Steam, sans même avoir vu une seule vidéo.

Un gameplay différent et assumé

The Vanishing Of Ethan Carter est une sorte de jeu d’exploration / Enquête / blabla. C’est assez délicat à définir tant les mécaniques de gameplay ne sont pas communes. On m’a soufflé à l’oreille qu’il était plus ou moins proche d’un Dear Esther que je n’ai pas fait. Je me lande alors dans cette aventure où j’incarne un certain Paul Prospero, enquêteur sur des événements louches et occultes. Je débute à l’orée d’une forêt remplie de piège dont je ne sais que faire mis à part maintenir le clic de la souris appuyé en face d’un des piège pour voir une sorte de faille temporelle se dessiner petit à petit au fur et à mesure que je découvre ces pièges.

Le jeu expliquant clairement que vous ne serez pas « tenu-e par la main », vous devez donc vous débrouiller tout-e seul-e pour arriver au bout de cette aventure en comprenant ses mécaniques. Certaines sont heureusement plus intuitives que d’autres, comme lorsque vous examinerez l’avant de la locomotive du début et que vous verrez les textes « manivelle » flotter dans les airs et se rapprocher au fur et à mesure que vous pointerez la camera dans une certaines direction. Il suffira alors de maintenir le clic enfoncé pour avoir une vision de l’endroit où se situe cette fameuse manivelle afin d’aller la chercher et la replacer à son endroit d’origine.

Si l’on ne fait pas attention à cela, on passe à côté de cet aspect « enquête » puisque l’investigation autour du cadavre trouvé ne sera terminée qu’à la découverte de tous les indices et à la résolution de toutes les mini-énigmes autour. Ainsi, vous avez la possibilité d’arriver au bout du jeu, sans avoir résolu une seule énigme. Mais vous devrez alors retourner sur vos pas pour les réaliser. Un manque de clarté qui pourra rebuter certain-e-s mais qui est assez osé et assumé pour être souligné.

Test - The Vanishing Of Ethan Carter (PC) (3)

Ethan !

L’histoire vous plonge donc au cœur d’une intrigue assez étrange. Ça tombe bien, Paul Prospero est l’homme de la situation ! À travers une somptueuse vallée nommée Red Creek Valley, sublimée par une maîtrise presque sans faille de l’Unreal Engine, vous suivrez un chemin très linéaire mais sur lequel vous pourrez revenir, afin de retrouver un certain Ethan Carter, jeune garçon apparemment disparu.

La sensation de liberté que j’ai ressentie était réelle malgré cette linéarité à suivre, sûrement grâce à un level design astucieux permettant d’avoir des vues imprenables sur des zones ultra ouvertes mais non accessibles, et sur d’autres au loin que vous devrez atteindre pour progresser.

Test - The Vanishing Of Ethan Carter (PC) (5)

La musique tout aussi remarquable, aux sonorités parfois proche d’un Dark Souls 2, est tellement envoûtante qu’elle ajoute une sensation d’oppression constante et de solitude que j’ai rarement ressentie dans un jeu vidéo. Notez que la bande son est disponible dans la version collector digitale du titre sur Steam. Le jeu n’est pas très long, à peine quatre heures pour ma part, mais l’immersion et la narration sont tellement des points réussis que je n’ai pas eu l’impression d’avoir perdu mon temps ou mon argent. Il n’y a cependant aucun rejouabilité.

Enfin, si l’histoire peut paraître assez délicate à comprendre, elle se tient plutôt assez bien si l’on se laisse prendre à ses ficelles crédibles. Les scénettes que l’on découvre lors de la résolution des énigmes distille délicatement et lentement des éléments d’un scénario au-delà du réel mais jamais tiré par les cheveux. Un mal mystérieux que l’on connaîtra bien assez tôt, mais des personnages jamais attachants, faute d’un temps suffisamment important pour se plonger dans leur psychologie et leur vie.

The Vanishing Of Ethan Carter est une excellente expérience immersive à laquelle on se laisse prendre. Le jeu ne traîne jamais en longueur, et la nécessité de trouver par soi-même les mécaniques de jeu est assumée, même si elle rebutera certaines et certain d’entre vous. Si vous avez 18,99 € et que vous cherchez un petit jeu envoûtant et léché, n’hésitez pas : le titre the The Astronauts est une réussite.

#3 - Bon (cliquez pour avoir des informations sur l’échelle de notation)

 

Test - The Vanishing Of Ethan Carter (PC) (4)

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *