Dossier – Le jeu sur PC : ça vaut le coup ?

Dossier - Le jeu sur PC : ça vaut le coup ?

Jouer sur PC relève de l’interrogation pour beaucoup. Pourtant, le jeu vient de cette plateforme ! Aujourd’hui boudé par bon nombre de développeurs qui voient en lui un gouffre dû au piratage, certains joueurs sont tout de même accroc à cette plateforme pour bien des raisons. Alors Faut-il jouer sur PC ? Trop cher, trop compliqué, manque d’exclusivité ? Je vais tenter de vous répondre une bonne fois pour toute à ces questions.

Avant toute chose

Avant de se lancer sur un tas d’explications imbuvables, notez bien qu’il ne s’agit pas ici de dire « telle plateforme est meilleure que telle autre » et que les joueurs console sont des moutons, non ; il s’agit ici de prouver par A + B que le PC est une plateforme de jeu à part entière, au même titre qu’une console de Nintendo, Sony, Microsoft ou feu Sega.

Jouer sur PC, c’est plus cher que sur console !

On va vous dire que non, puisque les jeux sont moins chers sur PC que sur console. On va également vous dire que c’est kif-kif puisque l’économie faite sur les jeux est rattrapée par le prix du matériel. Enfin, on va vous dire que oui car il faut mettre 2 000€ dans une machine pour espérer jouer correctement. Mettons donc les points sur les « i ».

Pour jouer sur console, il vous faut :

  • Une console
  • Un jeu

Pour jouer sur PC il vous faut :

  • Un PC
  • Un jeu

Incroyable mais vrai. La différence se joue bien évidemment au niveau des prix. Même avec un PC, vous pouvez le brancher sur une télé si vous ne voulez pas trop dépenser. Une console coûte en moyenne 250€, un jeu sur console 55€ (seriously, vous achetez des jeux à 70€ vous ?). Un PC coûte entre 600€ et 800€, un jeu sur PC entre 0€ et 50€. Notez bien qu’il n’existe pas vraiment de marché d’occasion pour le jeu PC.

Sur une période de 5 ans (un cycle de vie moyen d’une console, même si l’on risque d’attendre 2013 pour celui-ci), avec une moyenne d’un jeu par mois on est donc à :

  • Sur console : 250€ + (55€ *60) = 3 550€
  • Sur PC : 600€ ou 800€ + (50€ * 60) =  3 600€ – 3 800€

Si l’on pratique la revente d’occasion, on peut estimer à vue d’œil revendre pour un tiers du prix global des jeux achetés (selon si on les revend peu de temps avant la sortie ou longtemps après). Pour ce qui est du PC, on peut estimer qu’en suivant les bonnes affaires (Steam, Amazon et compagnie) on peut également économiser un tiers du prix fort. De fait :

  • Sur console : 250€ + (55€ *60)*0.66 = 2 428 €
  • Sur PC : 600€ ou 800€ + (50€ * 60)*0.66 =  2 580€ – 2 780€

Honnêtement, à quelques poils de fesse près, on est très proche, mais tout de même au-dessus. Certains vont hurler en disant « OUAIS ET LA CARTE GRAPHIQUE FAUT LA CHANGER TOUS LES ANS HEIN » non. Si vous prenez une bonne carte graphique, vous tiendrez 5 ans en ayant le même niveau que les consoles (je le sais, je suis resté 3 ans avec une bas de gamme et j’arrivais à faire tourner Operation Flashpoint au même niveau que sur Xbox alors pouet pouet !).

Notez que si vous avez déjà un PC, et que vous le renouvelez, la facture est du coupe allégée : une alim’, un boitier, un lecteur/graveur DVD/une carte son/un disque dur/un combo clavier-souris, si vous n’avez pas fait le con au début, vous pouvez les utiliser une bonne grosse dizaine d’année (sauf peut-être le disque dur et le combo clavier/souris).

L’avantage des jeux

Maintenant que l’on a mis les choses au clair concernant le prix, parlons de la problématique des jeux. Sur console, un jeu sera utilisable que sur la console pour laquelle il a été destiné. En effet, la rétrocompatibilité n’existe quasiment plus de nos jours, sauf si vous êtes assez pigeon pour repasser à la caisse. Sur PC, ce problème n’existe pas car c’est la même plateforme qui évolue constamment : ainsi, hormis de rares cas de problème de compatibilité logicielle (un Windows trop récent par exemple), si vous avez acheté un jeu en 1998 (allez tiens… Half-Life au pif !), vous pouvez y jouer encore aujourd’hui sur votre machine actuelle, 14 ans après. On peut donc globalement dire qu’un jeu acheté sur PC sera utilisable ad vitam. Si ça ne marche pas, vous pouvez toujours émuler un vieux Windows…

Concernant les exclusivités, elles existent sur PC, tout comme sur consoles. The Witcher 1, Starcraft, Diablo 1 et 2, Age Of Empire (bon y a eu quelques portages je crois) et j’en passe. D’autant plus qu’il existe pléthore de jeu indépendants, souvent extraordinaires, ce qui n’est pas légion sur console puisque les constructeurs (Sony pour le PSN et Microsoft pour le Xbox Live) brident leur plateforme de diffusion et constitue un frein pour ces développeurs indépendants. Côté console, n’espérez pas trouver un Uncharted, Demon’s Souls, Infamous, etc… sur PC puisque ce sont des exclusivités consoles. Chacune des plateformes possède donc son propre de catalogue de jeu exclusif et hésiter entre un PC et une console niveau jeu, c’est comme hésiter entre une PS3, une Xbox 360 ou une Wii.

Jouer sur PC reste compliqué : ça bug, ça plante, ce n’est pas optimisé

Globalement, cette remarque est vraie. Mais en aucun cas le PC est une plateforme élitiste : en réalité, le PC est une plateforme tellement ouverte (stop me taper, les linuxiens !) qu’il faut mettre les mains dans le cambouis pour être opérationnel. Récemment j’ai dû flasher le bios de ma carte graphique, chose qu’on ne fait jamais sur console ! Et comme toute chose, pour être à l’aise avec cette technicité, il faut tout simplement s’y intéresser : si vous n’êtes pas du genre à vous intéresser à l’informatique pour X raison, le PC ne sera pas fait pour vous. En revanche, si cela ne vous fait pas peur (si certains y arrivent, pourquoi pas vous ?), n’hésitez pas à demander de l’aide et des conseils à des ami(e)s qui s’y connaissent afin qu’ils puissent vous initier dans les meilleures conditions qui soient.

Quelques conseils

Pour vous lancer dans l’aventure, il convient de suivre quelques conseils très simples. La première chose est que je vous déconseille fortement les PC préassemblés (Dell en premier, c’est une vraie plaie, puis PB, HP ou Acer) puisqu’ils sont généralement réalisés à partir de composants nonames, pas forcément optimaux et souvent « tatoués ». Préférez-donc monter votre PC vous-même : vous serez sûr(e) de ce qu’il y a dedans et vous aurez appris son fonctionnement pour être paré un minimum en cas de pépin. Là encore, il faut être intéressé par la chose si vous voulez y comprendre quoi que ce soit. N’hésitez pas à demander à vos amis ou connaissances de vous aider à monter une configuration correcte, quitte à lui laisser un petit billet de 20 à la fin (croyez-moi, monter un PC n’est pas facile tous les jours ^^).

Si vous souhaitez néanmoins en prendre un préassemblé, méfiez-vous de ce qu’il contient. Pour jouer, la chose la PLUS importante est la carte graphique. Renseignez-vous sur sa qualité avant d’acheter ; lisez un maximum de test à ce sujet et préférez des cartes datées des 12 derniers mois. Vient ensuite la RAM et le processeur, de manière plus ou moins égale. Méfiez-vous également des tours dites « gamers » : le prix est souvent élevé à cause du processeur, mais sans la carte graphique qui va avec !

Ne faites JAMAIS confiance à un vendeur du commerce, que ce soit Auchan, Carrefour, Darty, But, Surcouf etc… Non pas qu’ils ne soient pas compétents/passionnés mais parce qu’ils sont dans un rôle de vendeur et pas de conseiller, quoi qu’on en dise. Le meilleur conseiller reste internet et les amis car vous pourrez alors avoir un nombre incalculable d’avis différents et généralement objectifs et fruit d’expériences personnelles.

Au final, j’espère vous avoir aidé à y voir un peu plus clair sur le jeu PC : ce n’est pas si cher que certains veulent nous le faire croire, surtout lors d’une mise à jour, mais il faut s’intéresser un minimum à l’informatique pour être paré à tout éventuel problème. Comme je l’ai dit dans ce dossier : si certains y arrivent, pourquoi pas vous ?

13 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.