Test – Dragon’s Crown (PS Vita)

Test---Dragon's-Crown-(PS-Vita)

Premier Beat Them All du genre que je fais, j’ai été étonné d’accrocher à ce concept très addictif. Habituellement, je ne suis pas du fan de ce genre de jeu mais les qualités indéniables de Dragon’s Crown, parfaitement jouable sur PS Vita, m’ont permis de passer d’excellents moments au commandes d’un magicien !

Le jeu étant disponible sur PS3 et PS Vita, je l’ai essayé sur la console portable de Sony histoire de l’utiliser un peu plus que jusqu’à présent. Je me suis également dit que ce genre de titre était parfaitement adapté à une telle utilisation. Car Dragon’s Crown est un Beat Them All en horizontal scrolling. Bon ça fait beaucoup de mots anglais là. En gros, c’est un jeu où il faut taper sur tout ce qui bouge, et donc le déplacement des personnages se fait horizontalement, même s’il existe une profondeur. Vous avez joué à Streets Of Rage ? Et bien le horizontal scrolling, c’est ça.

Vous avez le choix entre plusieurs classes : un magicien (que j’ai pris) ; une amazone ; un guerrier ; un nain ; une sorcière ; et une elfe. Si chacun de ces personnages a son propre gameplay, l’histoire restera strictement la même. Un poil dommage mais la durée de vie du jeu est déjà très grande sans avoir besoin de 6 histoires différentes. Mais sachez que vous pouvez changer de personnage entre chaque mission, mais l’XP de celui-ci ne sera pas « réévaluée » en fonction de ce que vous avez déjà fait avec le précédent. Ainsi, il vous faudra leveler chaque personnage indépendamment si vous le voulez. mais cela n’est pas obligatoire, vous pouvez très bien terminer le jeu avec une seule et même classe choisie depuis le début.

Le cheminement du jeu est assez simple. Vous êtes dans une zone de base, une sorte de ville, dans laquelle se trouvent différentes places qui ont chacune leurs particularités. Par exemple à l’auberge, vous pourrez enrôler des coéquipiers ou gérer les options du jeu tandis que vous pourrez obtenir des quêtes à la guilde ou encore réparer et acheter certains objets dans une sorte de magasin. Dans cette ville, vous aurez, tout à droite, un portail qui vous amène à une sorte d’écran de sélection de zone où seront à accomplir les différentes quêtes obtenues. Un cheminement très simple, vous l’aurez donc compris.

Test - Dragon's Crown (PS Vita) (2)

La légère répétition du jeu vient justement de là : vous chopez des missions/quêtes, vous les accomplissez, vous revenez et rebelote. Ce n’est pas fondamentalement grave dans le sens où tout le reste du jeu reste très dynamique.

Côté gameplay maintenant, au-delà d’un Beat Them All, Dragon’s Crown ajoute quelques soupçons de RPG avec un système de leveling vous permettant d’acheter des compétences, ou encore un système de loot (à profusion !) d’objets tous plus magiques les uns que les autres, pour vous équiper. La chose intéressante est qu’un objet trouvé dans un donjon ne sera pas tout de suite utilisable : il vous faudra finir ce dernier et ce n’est qu’à la fin de la mission (ou au shop de la ville) que vous pourrez passer en revue les objets (des trésors en fait) récoltés tout au long de votre périple. Ces objets seront inconnus et il vous faudra payer pour découvrir ce qu’ils sont. De quoi cultiver l’effet de surprise !

La narration est elle-aussi originale. En fait, vos personnages ainsi que les PNJ ne parlent pas directement. Tout ce qui se passe est raconté par une voix off, un peu comme si un maître ou une maîtresse du jeu vous parlait lors d’un jeu de rôle papier. C’est quelque chose que je n’ai personnellement pas l’habitude de voir et que j’ai trouvé à la fois intéressant mais également malin, financièrement parlant pour les développeurs.

Test - Dragon's Crown (PS Vita) (3)

Graphiquement le jeu s’en tire à merveille. Les décors en pré-calculés sont de toute beauté et le magnifique écran de la PS Vita les resituent au mieux. Ils sont vraiment détaillés, colorés, lumineux et variés tout en gardant une empreinte propre à la direction artistique du jeu. Les personnages, eux, malgré un character design totalement exagéré dans les proportions (probablement volontaire du coup), reste très cliché : filles avec des très gros seins et presque nues, guerriers archi-musclés, nains barbu, magicien aux cheveux blancs et avec un air ténébreux… seule l’elfe semble s’en sortir avec une tenue correcte et des attitudes qui le sont tout autant. Ceci dit, les animations sont chouettes et collent parfaitement à l’esprit du jeu. Niveau technique enfin, le jeu ne souffre de ralentissements que lorsque l’écran est très chargé, et encore ces ralentissements sont plutôt léger.

Malgré les petits boutons de la PS Vita, la prise en main du jeu se fait très bien. Après quelques minutes d’apprentissage et de rodage, tout roule comme sur des… roulettes. Le seul bémol est la difficulté à bien « toucher » un ennemi sur l’écran tactile lors que ça bouge de trop. Il faut être très précis. Pour info, toucher un ennemi vous donne sa barre de vie. À part ça, jouer sur la console portable de Sony ne m’a posé absolument aucun problème, que ce soit au niveau des commandes ou au niveau de la lisibilité de l’action sur l’écran, chose dont j’avais un peu peur au début.

Du tout bon ? C’est en tout cas presque le cas pour Atlus et son Dragon’s Crown. Bien que je ne sois pas fan des Beat Them All, celui-ci reste cependant un très bon jeu : explosif, beau, accessible et long. Malgré quelques problèmes de répétition et d’utilisation de l’écran tactile, ce petit jeu va faire du bien à toutes les personnes fan de ce genre et en manque de sensations fortes que même les produits laitiers ne leur procurent pas.

Attention : texte et voix en anglais ! Mais vous pourrez choisir les voix japonaises ou anglaises.

J’aurai bien voulu mettre mes propres captures d’écran mais je ne peux pas les récupérer, sur ma Vita :(.

 #2 Très bon (cliquez pour avoir des informations sur l’échelle de notation)

4 comments

  1. Rien à redire. Le côté exagéré n’apparait que chez certaines classes, car dans l’ensemble, le phénomène s’aperçoit peu dans les Artworks à débloquer.

    Très bon choix pour la PS Vita ! Le résultat est très très séduisant et mérite attention … 🙂

  2. Après 25 heures passé dessus le constat est en demi teinte! Tout d’abord oui il est beau, oui les bosses et l’univers sont geniaux avec un grosse dose d’humour en plus. Oui il y a six classes au gameplay différent (enfin après certains gameplay se ressemblent: il y a les bourrins, les magiciens et l’elfe). MAIS deux gros problème pour ma part… d’un coté un level up non controlable, on ne pas pas mettre les points de caractéristique où on veut, vraiment domage (les skills rattrapent un peu le truc mais pas tant que ça) et ensuite la même histoire avec exactement les mêmes textes pour les six classes… vraiment domage, un peu de changement aurait été bienvenu car après 2 perso fini, la flemme de refaire encore les même chose (surtout que pour finir vraiment un perso il faut se taper 3 fois la même aventure en difficulté différente avec uniquement un changement dans les quetes annexes!!!).

  3. il est clair que graphiquement il est tres beau avec de la belle 2d c’est magnifique , le design est aussi a la hauteur .
    Mais vu que je ne comprend tres peu l’anglais j’ai de grosses difficultés a comprendre l’histoire d’ou ma note .
    c’est lamentable de depenser 50 euros pour un jeu en anglais , le distributeur NIS a l’habitude de ne pas traduire les jeux europeens et c’est encore pire quand le jeu a une note de 18/20 .
    je ne comprend pas pourquoi l’editeur passe pas par la case traduction .Un honte !!!

    • Sébastien
      Author

      Parce que la traduction coûte vraiment très chère et que les ventes prévues du produit ne suffiraient pas à couvrir tous les frais ; je pense que c’est la raison :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *