Test – Brink (PC).

Test - Brink (PC).

Les FPS, il y en a des masses et ce, surtout depuis l’avènement de Call Of Duty Modern Warfare, qui conquit alors le cœur du grand public. Depuis, les éditeurs et les développeurs ont compris que ce qui marchait, c’était le « en ligne » ! Un sort une histoire bateau histoire de justifier les 50€ ou 70€, ensuite on mise tout sur le multijoueur. Brink est un jeu édité par Bethesda et développé par Splash Damage et est sorti sur PC, PS3 et Xbox360. Ici, je vais vous parler de la version PC.

GRAPHISMES

Sur PC, il n’y a rien à dire ; pour peu que l’on ait du matériel suffisamment puissant (une bonne carte graphique reste la priorité, ensuite la RAM et le CPU), on tourne facilement à du 60 FPS en tournant les réglages à fond (en désactivant les trucs inutiles genre « synchro verticale » par exemple). Ça, c’est pour le côté fluidité.

Concernant les textures et les modélisations, tout est on ne peut plus correct : détaillé, précis, bien modélisé, on a une clarté globale qui est digne des beaux jeux actuels, une vrai réussite. D’autant plus plus que, bien qu’ils soient plutôt petits, les niveaux sont plutôt très bien modélisés avec plusieurs étages et recoins permettant de se faufiler ou encore plusieurs moyens d’accéder à une cible précise ; Là aussi, un vrai réussite.

GAMEPLAY

Le jeu est très rapide (n’abusons pas, nous ne sommes pas sur un CS) et les fonctions sont plutôt simples : on vise, on tire, on recharge, on utilise, on actionne. L’idée de faire des glissades est vraiment fun, tout comme celui de pouvoir grimper aux éléments du décors, ce qui d’ailleurs est fortement influencé sur votre corpulence physique ! Si vous avez une bonne souris et une bonne fluidité à l’écran, vous allez vous régaler ! Pour ma part, cela faisait depuis COD4 que je ne m’étais plus frotté à un FPS PC et cela confirme ce que j’ai toujours pensé ; je trouve ce genre de jeu sur cette plateforme infiniment plus dynamique et précis que sur consoles avec une pauvre manettes ; j’ai bien fait d’investir dans une nouvelle carte graphique récemment !

Quatre classes sont au rendez-vous, permettant ainsi d’être à l’aise avec le gameplay. Vous pourrez être un simple soldat, un ingénieur, un médecin ou un opérateur (un espion quoi). Chacun de ces classes permettent d’effectuer une action « sociale » : le soldat alimente les autres en munitions, le médecin soigne/augmente le maximum de vie ou lance des seringues de résurrection aux défunts, l’ingénieur permet de poser des mines ou des bombes sur les objectifs et l’opérateur peu prendre l’apparence d’ennemis pour désamorcer leurs mines par exemple.

De plus, comme je l’ai dit précédemment, vous pourrez grimper aux décors et ce sera plus facile en fonction de votre corpulence que vous pourrez choisir dans la customisation de votre personnage. En effet, l’une des forces de Brink est la possibilité de pouvoir personnaliser presqu’à l’infini son ou ses personnages (on peut en créer plusieurs) afin de lui donner le look que l’on veut. On peut également choisir parmi quatre « branches » d’améliorations possible correspondant aux classes et influant sur les capacités en fonction du « métier » choisi pendant la partie.

Enfin, le jeu est jouable en multijoueur soit à part, soit pour les missions elles-mêmes, ce qui rajoute un vrai challenge car s’il est facile de gagner en  solo, lorsque vous ouvrirez la campagne au multijoueur, de vrais partenaires et ennemis viendront et s’ils sont plus fort que vous, vous allez devoir recommencer ! Ceci rajoute vraiment un plaisir de jeu, à mon sens.

SCÉNARIO

Malheureusement, comme tout FPS de nos jour, le scénario est en retrait : Si vous êtes révolutionnaires vous devrez vous échapper de l’Ark, si vous êtes de la sécurité vous devrez alors protégér ce même Ark, une sorte d’île artificielle créée pour sauver l’espèce humaine d’une fin certaines à cause de la pollution des eaux. Heureusement, les développeurs ont fait en sorte que le gains d’XP que l’on accumule soit couplé au déblocage des éléments de customisation mais aussi à des journaux permettant d’approfondir l’histoire !

DURÉE DE VIE

C’est difficile à dire. En solo, vous avez 8 missions plus 2 facultatives, par faction soit 20 missions au total pour les deux camps. Vous pourrez les accomplir extrêmement vite ceci dit. En revanche, la durée de vie en multijoueur est limitée par votre propension à vous lasser vite ou pas d’un FPS multijoueur.

Réputé comme très moche sur consoles, Brink s’en sort brillament sur PC. Il rattrape les lacunes graphiques et techniques qu’il y a sur PS3 et Xbox 360 sans soucis dans l’hypothèse où vous avez une configuration suffisante. Le jeu est fun à plusieurs, et peut-être trop multijoueurs justement … Ceci dit, vous passerez sûrement de bons moment sur ce FPS dynamiques, original, attachant et, quoi qu’on en dise, beau bien qu’un peu répétitif.

#3 - Bon (cliquez pour avoir des informations sur l'échelle de notation)

Configuration de test : Q6600 @2,4ghz – 2go DDR2 PC6400 – 560Ti OC (900/1800/4000) – 1680×1050 @ ~60fps

Quelques screenshots maison 🙂

1 comment

  1. Comme tu le dit la contrainte du graphisme écarté je ne doutes pas non plus des capacité du jeu, d’ailleurs l’ESL s’y intéresse de prêt.

    J’ai aussi une grosse préférence pour le Pc quand il s’agit de précision, que j’avais sans doute un peu perdu avec des jeux comme Halo ou Red Dead.
    Brink sans fluidité ça fait perdre une partie du fun, du coup faut que je tente de le récupérer pour le tester aussi sur ma bécane !

    En tout cas test bien sympa merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *