Test – Souris Logitech G600

Test - Logitech G600

À l’approche de la sortie du très attendu Guild Wars 2, Logitech n’avait pas de souris spécialement conçue pour les MMO, qu’ils soient RPG, RTS ou autre. C’est désormais chose faite avec la dernière-née de la marque suisse : la Logitech G600. Forcément, à première vue, on pense tout de suite à la Razer Naga, mais ces deux souris sont-elles si semblables ?

Un clone de la Naga ?

Tout le monde pourrait penser ça puisque c’est sous le pouce que vous retrouverez douze boutons programmables (de G9 à G20). Mais si vous ne les mettez pas ici, où pourrait-on les placer ? C’est donc tout naturellement qu’ils sont situés à cet endroit précis. De fait, Razer n’a rien inventé de si révolutionnaire.

D’autre part, le reste de la souris est totalement différent de celle de Razer ; vous avez une molette directionnelle, un troisième clic qui sert de sélecteur « G » pour changer le layout des douze fameux boutons et une forme elle aussi bien différente. La  G600 est donc plus large et moins « aérodynamique ». Du coup, la prise en main est, à mon goût, meilleure puisque la main repose presque entièrement dessus sans pour autant vous empêcher de la prendre du bout des doigts.

Le panneau latéral de bouton en détail

Le groupe de douze boutons situé sous le pouce mérite à lui seul sa partie dans ce test. Pourquoi ? Parce qu’il se démarque totalement de la concurrence (et DU concurrent en réalité). En effet, les douze boutons sont en quelque sorte différenciés en deux blocs de six boutons chacun. La particularité de ces deux blocs est qu’ils sont creusés vers l’intérieur, de manière concave (si je ne m’abuse). Chaque bloc étant creusé de cette manière, on a véritablement une meilleure reconnaissance au toucher.

D’ailleurs, d’une manière générale, ce « panneau » de douze boutons est naturellement creusé vers l’intérieur contrairement à la Naga qui est « bombé. Et puisqu’une image vaut mieux que des mots, vous comprendre ce que je veux dire dans la photo ci-dessous !

Test - Logitech G600

 

Un petit moment de frayeur

Sur cette G600, Logitech a beau avoir mis les moyens, il reste peut-être quelques améliorations minimes. La première chose que j’ai remarqué en déballant la souris et qui m’a fait énormément peur, ce sont les boutons sous le pouce, les douze. En fait, ils semblent montés sur membrane (ce qui est probablement le cas) mais ce qui leur confère un grand « jeu » ! Ca me paraissait très gênant. Je me suis dit « mais comment cliquer correctement ? Comment sentir si l’on a bien appuyé ou non ? Ce jeu pourrait être terriblement gênant ! » Et en l’ayant utilisé, je me suis rendu compte qu’en réalité, ce « flottement » des boutons ne dérange absolument pas ! Pire, il est limite agréable puisqu’il semble pouvoir suivre les petits mouvements naturels du pouce que l’on fait lorsque l’on déplace la souris.

Sur la Naga, j’ai éprouvé quelques difficultés à reconnaitre les dernières rangées de boutons (les 6 derniers) à l’aveugle du fait de leur petite hauteur qui fait qu’on a du mal à les « sentir » malgré les ergots sur les trois derniers. Sur la G600, ce problème ne se pose pas grâce à la forme des boutons décrite dans la précédente partie de ce test, et le « flottement » de bouton assure même au final un « plus » non négligeable pour les « sentir » sous le pouce.

Test - Logitech G600

La qualité du produit

Chez Logitech, les produits gamers ou haut-de-gamme sont généralement toujours soignés. Cette G600 ne déroge pas à la règle : les matières plastiques utilisées sont très agréable au toucher (très légèrement granuleux), les clics sont bien dosés, la molette crantée est souple et le câble est tressé. Malgré la présence d’un troisième clic que l’on a tendance, au début, à déclencher malencontreusement, on s’y fait vite et l’on s’y habitue.

Question glisse, les deux larges patins assurent un excellent service ! Aucune indication à première vue si ce sont des patins en téflons ou non (ils ne semblent pas être rayés, donc je pencherais pour du téflon ?) mais leur taille imposante est largement suffisante. L’équilibrage du poids de la G600 est également plutôt bien fait, et il vous sera imposer de la lester comme certaines de ses petites sœurs. D’après le packaging, elle pèse 133 grammes (sans le câble) et j’avoue ne pas avoir été vérifié. C’est un peu plus lourd qu’une Naga mais ça reste totalement gérable.

Au niveau des caractéristiques techniques, vous pouvez monter à 8200 dpi et à 1000 Hz de capture, c’est énorme, trop pour la majorité des joueuses et des joueurs mais ça assure une sorte de polyvalence « au cas où » ; toujours bon à prendre. Le pilote permet de configurer les boutons latéraux (et même les autres) très facilement, avec soit une détection automatique selon le jeu (et un profil s’y associe donc automatiquement), soit de manière générale : pratique et efficace !

Au final, cette souris m’a énormément surpris. En effet, bien qu’ayant eu peur au début de ces boutons qui me semblaient « flotter », je me suis vite rendu compte que cela représentait un véritable intérêt à la longue ! De plus, la possibilité d’avoir potentiellement 24 boutons grâce à un troisième clic servant de « sélecteur » (un peu comme si vous faisiez « control » + une touche) peut plaire aux grandes et grands joueurs de MMO, ce pourquoi la souris a été pensé. Cette Logitech G600 est donc bien l’une des meilleures souris que j’ai pu essayer, avec la G9x plus conventionnelle mais terriblement efficace. Logitech frappe très fort.

#2 - Très bon (cliquez pour avoir des informations sur l'échelle de notation)

15 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.